Élaguer un arbre

Sommaire

Un arbre se dote naturellement d’un port, sa silhouette évoluant avec son développement et en fonction de son environnement. Un arbre vivant au sein d'une forêt adopte une architecture bien différente de celle d'un sujet isolé. Les objectifs attendus sont aussi différents.

  • L'arbre forestier, généralement destiné à produire du bois d'œuvre, est élagué au niveau du tronc de manière à produire le moins de nœuds possible.
  • L'arbre d'ornement planté dans un parc peut se passer d'élagage, alors que les contraintes urbaines obligent souvent à pratiquer :
    • une taille douce pour conserver un port semi-libre : le remontage du houppier, l'éclaircie, le contrôle des bois morts sont les principales opérations à effectuer sur les feuillus comme sur les résineux ;
    • une taille architecturée afin de réduire son volume : taille en tonnelle, taille en rideau ou marquise, taille en bouletaille en nuagetaille en marotte... Des « tontes » ou élagages réguliers, souvent annuels, sont alors requis.
  • Un arbre peut néanmoins devenir encombrant, parfois même dangereux lorsqu’il menace toiture ou câbles électriques. Le tailler pour tenir compte de la réglementation devient alors nécessaire.
Lire l'article
  • L'arbre fruitier est aussi élagué de manière à le forcer à augmenter la production et le calibre des fruits : il existe différentes façons de conduire un verger : en haie fruitière (axe libre), en gobelet, en cordon...

Cependant, élaguer un arbre est une tâche exigeante qui nécessite des connaissances et des compétences spécifiques afin de ne pas le traumatiser. Si vous n'êtes pas sûr de pouvoir le faire vous-même, il est préférable de faire appel à un professionnel. Voici quelques conseils sur comment et quand élaguer un arbre soi-même, sans le contrarier dans son développement.

Lire l'article

Zoom sur l’élagage des arbres

Élaguer nécessite un certain matériel et des techniques spécifiques pour assurer la santé des arbres et maintenir l'esthétique des espaces verts. Si vous engagez un jardinier pour effectuer des travaux d'élagage, il est essentiel de tenir compte du tarif, qui peut varier en fonction de la hauteur de l'arbre, de l'équipement nécessaire et des étapes techniques impliquées.

Un arbre croît par l’extrémité de ses branches en hauteur, mais aussi en largeur, à un rythme et avec une forme qui dépendent de l’espèce. Branches et troncs poursuivent leur développement au fil des années. Les cercles de croissance visibles sur la coupe d’une branche principale en témoignent.

Le bien-être des arbres et la relation avec les voisins doivent être pris en considération. Car une mauvaise utilisation des techniques ou un écorçage inapproprié peut avoir un impact négatif sur la poussée future des arbres et sur l'environnement. Il est donc crucial de bien s’y prendre ou de choisir un professionnel qualifié qui :

  • comprend les différentes étapes de l'élagage ;
  • utilise le bon équipement ;
  • respecte les normes de santé arboricole.

Quand élaguer ?

Avant de commencer à travailler, assurez-vous d'avoir les bons outils. Vous aurez besoin d'une scie à élaguer, d'un ébrancheur et d'un sécateur. Vous aurez également besoin de gants, de lunettes de protection et d'un casque.

Plusieurs écoles existent quant à la bonne période de taille des arbres :

  • Pour beaucoup de spécialistes, le meilleur moment pour éclaircir un arbre est en automne. À ce moment-là, l'arbre est en dormance et la sève circule moins, ce qui réduit le risque de blessure. Cela permet d’intervenir après la chute des feuilles et avant les gelées, même si le gel n'est pas contre-indiqué pour réaliser la taille. Ce dernier augmente simplement les risques de chute pour l'élagueur.
  • Vous pouvez également tailler votre arbre au printemps, avant le débourrement. Cette période permet une meilleure cicatrisation des coupes. Mais il est recommandé d’éviter le début de cette saison, moment de montée de la sève.

À quelle fréquence élaguer ?

Certains arbres et arbustes nécessitent une taille régulière pour maintenir leur forme et favoriser une floraison abondante. Si l'hiver est souvent la période choisie pour l'élagage, c’est parce que la plupart des plantes sont en dormance et la sève ne circule pas.

La fréquence de l’élagage est bien sûr fonction de la pousse de l’arbre et donc de son espèce.

Ainsi :

  • Le tilleul, le platane, le ginkgo biloba, le marronnier et d’autres se distinguent par leur expansion rapide.
  • À l’inverse, le cèdre, le hêtre, le charme se développent lentement.

Cette fréquence dépend malgré tout fortement de l’âge de l’arbre. Pour cette raison, il est habituel de retenir :

  • tous les 2 ans jusqu’à l’âge de 10 ans ;
  • tous les 4 à 5 ans pour les arbres de 10 à 20 ans ;
  • tous les 10 ans au-delà de 20 ans d’âge.

Bon à savoir : en application de l’article 50 de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « Engagement et proximité », un maire peut sanctionner une personne d’une amende d’un montant maximal de 500 € lorsqu’elle ne respecte pas un arrêté communal l’obligeant à élaguer et entretenir des arbres et haies donnant sur la voie publique ou le domaine public.

Un jardin bien entretenu est le fruit d'une collaboration étroite entre le jardinier et l'élagueur. Le prix d'un élagage varie en fonction de plusieurs facteurs, notamment le type de végétaux, la saison et le travail nécessaire. Il est essentiel de planifier les séances de taille en fonction de la pousse des végétaux et de leur floraison.

Si vous faites recours à un artisan, sachez que le tarif d'un élagueur varie en fonction de la complexité du travail à effectuer, du nombre d'arbres à tailler et de la taille du jardin. Il est judicieux de discuter des tarifs et des services pour garantir un entretien optimal et la préservation de la beauté des espaces verts.

1. Cas 1 : Sciez une branche

L'objectif de l'élagage est de favoriser le développement sain de l'arbre. Pour cela, vous devez couper les branches mortes, malades ou endommagées, tout comme les branches qui se croisent ou qui se frottent les unes contre les autres.

La technique de la double entaille permet de scier une grosse branche sans arracher de morceau d’écorce. La coupe sera nette et propre, la scie ne pourra alors pas se coincer sous le poids de la branche. Lorsque vous coupez une branche, faites une coupe nette, à 45 degrés. Cela permettra à la blessure de cicatriser plus facilement.

Conseil : ne prenez pas de risque, ne montez pas dans l’arbre. Évoluez avec prudence sur l’échelle.

Une première coupe éloignée du tronc est suivie d’une seconde qui vient couper le moignon restant.

Dans un premier temps :

  • À l'aide d'une scie à élaguer ou d'une tronçonneuse (selon la taille de la branche), faites une entaille sous la branche à 20 cm du corps (ou de la branche porteuse) sur un bon tiers de la section.
  • Sciez la branche par le dessus, mais à quelques centimètres de la première et en s’éloignant du tronc.

La première découpe permet de libérer l'énergie de compression, la deuxième libère la tension des fibres : la branche casse, ne laissant qu'un chicot.

Coupez le chicot (ou moignon) restant proprement et tranquillement en inclinant légèrement la coupe.

Attention : la coupe de grosses branches doit s’entourer de précautions particulières. Il est recommandé d’attacher chaque branche avant de la sectionner. Cela permet d’amortir sa chute et de la guider. Pour conduire ces opérations, il est indispensable d’être deux.

Tailler les branches est un aspect important dans l’entretien de votre jardin. Une fois que vous avez coupé les branches, retirez-les de l'arbre. Vous pouvez les déposer au sol ou les apporter dans un centre de recyclage.

Bon à savoir : suite au décret n° 2016-1678 du 5 décembre 2016, des formations pour apprendre à utiliser une tronçonneuse en toute sécurité sont proposées. Il existe 4 niveaux. Le premier niveau, le permis ECC1, est conseillé aux utilisateurs occasionnels. Les professionnels peuvent suivre les 3 autres formations, plus poussées, après avoir passé le premier niveau.

1. Cas 2 : Élaguez un arbre

C’est bien l’entretien qui donne de l’allure à un jardin. Mais lorsque vous élaguez un arbre, il est important de suivre les règles de sécurité. Portez toujours des gants de protection, des lunettes de protection et un casque. Assurez-vous également d'avoir une bonne vision et d'être stable sur vos pieds.

Voici quelques étapes clés et des consignes simples pour vous permettre de tailler vos arbres sans les menacer :

  • Supprimez en premier lieu les branches cassées ou mortes et celles qui représentent un danger comme les écorces incluses.
  • Supprimez également les branches mal orientées.
  • Éliminez les drageons (qui poussent depuis une racine) et les gourmands (qui poussent sur la base du tronc ou sur des charpentières) en les coupant au plus près du buste.
  • Sectionnez les branches en surnombre et celles qui se croisent.
  • Améliorez au maximum l’aération de la couronne, afin de favoriser la pénétration de la lumière.
  • En même temps, tentez de réduire la taille de la couronne pour qu’au fil des saisons, l’arbre s’adapte à l’environnement et au volume à sa disposition pour se développer. De plus, vous minimiserez ainsi sa prise au vent.
  • Essayez de modifier le moins possible la silhouette naturelle de l’arbre.

Pour ébrancher un arbre en toute sûreté, travaillez par temps sec et calme. Évitez de mener ce type d’opération seul. Demandez à quelqu'un de vous surveiller et de vous aider en cas de problème. Si vous n'êtes pas sûr de pouvoir exécuter une coupe, demandez l'aide d'un expert pour ces travaux.

Un jardinier spécialisé vous donnera des conseils avisés pour équilibrer la ramure de vos arbres, et contrôler leur hauteur ainsi que leur volume. Muni d’outils performants et d’un matériel de dernière génération, il saura redonner de la fraîcheur à votre haie et une allure esthétique à vos arbustes.

2. Soignez l'arbre après élagage : une pratique contestée

Lors de coupes importantes, il est d'usage de déposer un mastic à base de goudron, de résine ou de cire sur les sections les plus grosses. Cependant, cette pratique est aujourd'hui contestée par les scientifiques, car cette couche a plutôt tendance à favoriser le développement de micro-organismes en augmentant la température et l'humidité. D'autre part, l'arbre possède déjà une micro-flore abondante en son sein, susceptible de devenir virulente à la faveur d'une plaie ou d'un stress.

Les spores de champignons lignivores affectent souvent les grosses plaies, mais n'apparaissent à la surface du tronc que plusieurs années après la taille. Ils nuisent à la solidité de l'arbre en digérant ses composants (la lignine, la cellulose ou les deux à la fois). Le pourrissement du matériau ligneux est lié au diamètre des coupes ainsi qu'à l’espèce : tilleul, cerisier, peuplier sont plus sensibles.

Toutefois, l'utilisation de cicatrisants est conseillée dans les vergers pour lutter contre certaines maladies comme la maladie du plomb des fruitiers à noyau. Il s’applique alors systématiquement sur des plaies de 2 cm et plus. La meilleure protection consiste malgré tout à éviter de tailler au moment où le champignon dissémine ses spores. L'application d'un badigeon antiseptique sur les plaies de platanes sains est aussi préconisée pour lutter contre le chancre du platane, qui fait des ravages le long du canal du Midi.

3. Surveillez votre arbre

Dans certaines situations, les arbres nécessitent une surveillance ou une intervention en urgence :

  • En cas de coups de vent importants, les branches mortes peuvent tomber sur des passants, sur votre toit ou chez votre voisin. Un élagage régulier permet d’éviter de telles chutes.
  • Sachez qu’en général, les persistants sont fragilisés l’hiver, puisque leurs feuillages continuent à offrir une prise au vent.
  • Certains feuillus sont constitués d’un bois peu résistant comme le saule et le frêne, contrairement au chêne, au charme et aux arbres fruitiers.
  • Les coupes sévères traumatisent l’arbre, en réaction les branches peuvent ne pas s’ancrer avec la même profondeur, fragilisant ainsi la ramure.

À noter : en cas de risque imminent, faites appel à une entreprise spécialisée. Ces professionnels sont dotés du matériel adapté et ils accompagnent leur intervention de toutes les précautions nécessaires. Ils sont compétents pour choisir la bonne période et possèdent les outils adéquats. Certains d’entre eux proposent d’ailleurs des prix très abordables.

En conclusion :

  • L'élagage est une opération importante pour l'entretien des arbres et arbustes. Il permet de maintenir la santé des végétaux en supprimant les branches mortes, malades ou endommagées.
  • Élaguer un arbre fruitier améliore aussi sa pousse et sa fructification.
  • Attention aux voisins ! Avant de traiter un arbre soi-même, il faut sécuriser les arbres en évitant qu'ils ne tombent sur des personnes ou des bâtiments.
  • Faites un plan. Commencez par les branches les plus basses et les plus faciles à atteindre. Faites des coupes nettes, à 45 degrés, à environ 20 cm du tronc. Enlevez les branches coupées en les déposant au sol ou en les recyclant.
  • Pour réaliser un élagage en toute sécurité, l’idéal est de le faire en automne ou au printemps et de s’équiper du matériel adéquat, notamment une scie à élaguer, un ébrancheur et un sécateur. Respecter les précautions de base, notamment porter des gants, des lunettes et un casque.
  • Si vous n'êtes pas sûr de pouvoir élaguer vos arbres vous-même, il est préférable de faire appel à un expert.

Ces pros peuvent vous aider