Étêter un arbre

Sommaire

L'étêtage d'un arbre consiste à tailler sa flèche lorsqu'il est en pleine croissance afin de limiter sa hauteur. Cet entretien doit être exécuté avec soin et surtout au bon moment, pour que la pourriture ne s'installe pas dans le tronc.

La pratique de l'étêtage s'utilise dans le cadre de la formation d'un sujet pour créer un gobelet, une tonnelle, un arbre têtard, une tige ou une demi-tige. Malheureusement, il existe aussi des arbres étêtés tardivement pour bien d'autres raisons, comme pour dégager la vue, limiter la hauteur d'un arbre dont la taille adulte n'a pas été anticipée, laisser passer des fils électriques...

Voici quelles sont les précautions à prendre et comment étêter un arbre.

Zoom sur l'étêtage des arbres

La croissance d'un arbre en forme libre

Voici les principaux points :

  • Naturellement, l'arbre développe une flèche qui file en hauteur dans les premières années de sa vie et émet des branches inclinées ou horizontales partant du tronc. Ces dernières sont destinées plus ou moins rapidement à décliner avec le temps pour permettre au houppier de s'élever et de former des charpentières en hauteur.
  • Une forte densité de plantation d'un groupe d'arbres contribue au déclin rapide des branches basses ainsi qu'à l'obtention d'un long fût (tronc dépourvu de ramifications) pour une exploitation forestière.
  • Le bourgeon terminal posté au sommet de la flèche libère de l'hormone (auxine) qui tend à réguler la croissance des branches : les ramifications sont ainsi peu nombreuses et de faible développement tant que la flèche reste dominante.

Rôle et conséquences d'un étêtage

Pour limiter la hauteur du fût de façon à rendre les branches plus accessibles pour la récolte de fruits ou pour former une tonnelle, un arbre têtard, un gobelet, etc., l'étêtage s'impose chez la plupart des arbres. Mais cette action doit se prévoir au moment de former l'arbre.

Notez bien que l'étêtage d'un arbre adulte comme un sapin, un épicéa ou un pin encore fléché est une mutilation fortement déconseillée, à moins que la foudre ne soit tombée sur la cime. Les conséquences sont en effet souvent désastreuses :

  • l'arbre réagit dans le meilleur des cas en rétablissant 1 à 3 flèches à partir de 1 à 3 branches proches du sommet qui se redressent : une réponse non satisfaisante si le but était de dégager la vue ! Les platanes réagissent souvent de cette manière.
  • l'arbre ne refait pas de flèche et la pourriture s'installe lentement mais sûrement depuis le sommet de l'arbre, engendrant des risques de casse du tronc et des branches à moyen terme. L'absence de recouvrement de la plaie de taille ou cicatrisation est lourde de conséquences.
  • l'arbre réagit en émettant de multiples rejets au niveau de la coupe et des gourmands le long du tronc. De nombreux bois morts apparaissent. Selon la capacité de l'essence à compartimenter (former des barrières chimiques et physiques à l'intérieur du bois) et selon son niveau de stress, les conséquences de cet étêtage seront plus ou moins graves. Dans tous les cas, une surveillance accrue de l'arbre avec des interventions coûteuses s'impose pour limiter les risques de chute de branches.

Parfois, la base des rejets qui apparaissent en grand nombre et de façon anarchique recouvre entièrement la coupe due à un étêtage pratiqué une dizaine d'années auparavant. Cela ne signifie en rien que l'intérieur du tronc soit sain et capable de supporter le poids de tous ces rejets.

Astuce : Les cèdres conservent longtemps leur flèche avant qu'elle ne s'affaisse pour donner au sujet une forme tabulaire. Il est possible d'accélérer ce phénomène en coupant la flèche juste au-dessus d'un rameau horizontal, à condition que la section ne dépasse pas 10 cm de diamètre.

Quelles solutions pour éviter un étêtage trop tardif ?

La meilleure solution pour dégager une vue ou limiter les risques dus à la tempête est d'éclaircir le houppier selon les principes d'une taille douce, qui consiste à dégager des fenêtres bien réparties.

S'agissant d'un bosquet formé d'arbres de différentes tailles, il est parfois préférable d'abattre les jeunes arbres, notamment lorsqu'il s'agit de pins, pour ne laisser que les arbres adultes dont un grimpeur-élagueur pourra éclaircir la couronne.

1. Procédez à l'étêtage de l'arbre

Mise en garde : pratiquez l'étêtage d'un tronc qui ne dépasse pas 3 cm de diamètre.Cette opération se fait généralement en hiver de façon à générer des pousses dès le début du printemps.

Pour étêter un arbre, taillez avec un sécateur bien affûté et désinfecté le tronc de l'arbre en pratiquant une coupe en biais pour faciliter l'écoulement de l'eau de pluie :

  • à 0,5-1 cm au-dessus d'un bourgeon ;
  • ou bien au ras d'une ramification. Dans ce cas, suivez l'angle que fait cette branche avec le tronc pour assurer la continuité du flux de sève.

Important : pensez à positionner la lame coupante de votre sécateur du côté du sol et non du ciel de manière à ne pas endommager les tissus tendres du jeune tronc.

2. Pratiquez un crantage

Pour former un gobelet au tronc court à partir d'un scion, il est souvent nécessaire de stimuler le démarrage des 2 bourgeons les plus bas, destinés à former des charpentières.

Bon à savoir : les bourgeons les plus bas sont naturellement inhibés chez un jeune arbre de façon à favoriser la formation d'un tronc, en raison du phénomène d'acrotonie (apparition des axes latéraux au sommet des pousses, par opposition aux arbustes qui sont basitones).

Les pépiniéristes-arboriculteurs pratiquent alors le crantage destiné à rediriger le flux de sève brute vers ces bourgeons :

  • Pratiquez une 1re entaille avec un greffoir à 1 cm au-dessus du bourgeon en forme d'accent circonflexe.
  • Opérez ensuite une 2de entaille plus ouverte en dessous, à 2-3 mm de profondeur, de manière à extraire une portion d'écorce et de bois en forme de bouche ouverte.

Attention au risque

Tailler, étêter, élaguer,… Ces opérations d’entretien ne sont pas sans risques. Si vous n’êtes pas certain de pouvoir réaliser cette opération dans les meilleures conditions, assurez votre sécurité et demandez l’intervention d’un professionnel. Parfaitement équipé, il saura réaliser l’entretien de vos arbres en toute sécurité.

En conclusion

  • L’étêtage d’un arbre vise à limiter sa hauteur pour rendre ses branches plus accessibles : une opération intéressante pour les arbres fruitiers, par exemple.
  • Il est préférable de réaliser cette action durant l’hiver pour générer de nouvelles pousses au printemps.
  • Une fois que vous avez étêté l’arbre, il est conseillé de faire un crantage pour rediriger la sève vers les bourgeons.

Ces pros peuvent vous aider